L'église La piscine thermale La mairie Les Hauts de Salins La chapelle Saint-Roch La salle polyvalente


Retour page accueil


HISTORIQUE DES THERMES

Il est probable que c’est la présence de sources salées qui donna naissance à Salins, ville connue autrefois sous les noms de Salinae ou encore Salinum.
Vers le milieu du XVème siècle, un éboulement considérable détruisit Salins et enfouit les sources salées à 8 m au dessous du niveau actuel du lit du Doron. Ce n’est qu’en 1559 que, sur ordre du Duc Emmanuel-Philibert de Savoie, des travaux furent entrepris pour rechercher les eaux de Salins et les amener à Moûtiers dans les Salines Royales qui les exploitèrent jusqu’en janvier 1866.
On ne sait par contre rien de certain sur une éventuelle utilisation médicale des eaux de Salins avant le milieu du XIXème siècle. Ce n’est en effet qu’en 1839 qu’une société de Moûtiers entreprit la réalisation d’un établissement thermal (achevé en 1841) à l’issue des sources.
Entrée des thermes
Ces « vieux bains », réalisés dans une excavation creusée à 8 m au dessous du niveau du sol, comprenaient neuf cabines de bains, une salle de douche, une piscine, un séchoir, des salles d’attente et les logements des employés. Pour faire face au nombre croissant de curistes et à l’évolution de leurs exigences en matière de confort, un second bâtiment est édifié en 1893. Il présente une façade de 80 m de longueur avec une entrée encadrée de colonnes de marbre soutenant un arc en plein cintre agrémenté de médaillons de serpentines vertes de Longefoy. La piscine actuelle a été construite récemment.
Avenue des thermes
Les eaux de Salins sont utilisées en usage externe. L’hydrothérapie peut être générale (bains, douches, piscine, massage sous l’eau) ou spécifique à une partie du corps (boues).
L’eau de Salins, ferrugineuse, chlorurée, sodique et chargée de gaz carbonique agit par son action circulatoire et percutanée. Les affections traitées sont les rhumatismes et l’arthrose, souvent liée à une surcharge pondérale.
La fréquentation actuelle est de l’ordre de 15000 curistes par an.